8,3% des femmes parait il seraient en temps partiel subi, pour 2,4% des hommes, au total, c’est 5,2% des actifs qui seraient en temps partiel dit « subi ». L’observatoire qui le publie a fait un sondage, sans doute payé par une administration, surement éloignée d’une réalité terrain.. en tous cas de la nôtre !

Mais au fait, subi par qui ?

Parce que nous dans notre job, voici comment ça se passe assez souvent :

« Bonjour, nous recherchons des personnes pour des postes de gardes d’enfants, et aides ménagères, le mix des deux permet d’avoir un travail à temps plein, avec une relative souplesse au niveau des horaires »

« oui, mais moi je veux travailler à temps partiel, je ne dois pas dépasser 71 heures par mois.. »

« Pourquoi 71 heures ? »

« Parce que mon assistance sociale m’a calculé qu’ensuite avec la cmu, apl, etc.. etc.. j’y perdais »

Et conséquence, nous voici à subir du temps partiel qu’effectivement on ne choisi pas, avec des réactions du style :

« Bonjour, vous êtes à 22 heures semaine actuellement, et nous avons un client juste à coté de chez vous pour 3 heures par semaine, à placer quand vous voulez »

« Non merci, mais je ne veux pas faire 3 heures de plus, sinon je perds apl, cmu, alloc machin etc… »

Et souvent, lorsqu’il s’agit d’une zone difficile en recrutement, on perd le client…

Nous proposons donc un nouveau sujet syndical : HALTE au temps partiel subi…, par l’employeur !