Dans son numéro de septembre, je journal Capital teste les services de Ménage, Repassage, et Garde d’enfants à domicile.

L’hétérogénéité des services à domicile est telle, que c’est sans aucun doute une bonne idée que de les mettre au banc d’essai, nous sommes biens placés au quotidien pour voir à quel point les clients sont parfois désorientés pour faire leur choix. C’est donc avec beaucoup d’intérêt que nous avons pris connaissance de ces quelques pages « banc d’essai des services »

Mais quelle déception !

Capital se contente de faire venir une intervenante de chaque entreprise choisie. Dans des entreprises qui emploient entre 500 et 3000 personnes, c’est plus que léger de faire reposer un avis définitif sur un journal à grand tirage, sur une seule prestation, réalisée par une personne. C’est faire peu de cas de la valeur ajoutée des agences qui assurent un suivi, une continuité des prestations par remplacement, la vérification des compétences, et bien d’autres choses qui ne font pas reposer la satisfaction du client sur une seule prestation au hasard d’une seule intervenante, fort heureusement…

Dans la même veine, Capital critique les entreprises qui viennent à domicile pour une visite initiale au prétexte que cela sera l’occasion de pousser à la consommation du nombre d’heures. Toute personne connaissant un tant soit peu ce métier sait bien qu’en réalité, les entreprises ayant à cœur de faire un travail sérieux opteront pour une visite initiale dans le but de faire une check list correcte à leur personnel, et que ceux qui sabotent un peu le métier se passent de ce coûteux déplacement…

Résultat des courses, c’est un de nos concurrents que nous savons par les clients et intervenantes des plus sérieux, qui se retrouve descendu par le journal pour la double raison d’une prestation qui ne s’est visiblement pas bien déroulée, et de l’existence d’une visite initiale. Ironie du sort, il y a un an ce même concurrent avec les mêmes services, était encensé dans une émission de télévision, du nom de… Capital !

Pour notre part, à ce niveau de médiocrité et avec les conséquences que cela peut avoir sur l’image, nous sommes bien content de ne pas faire partie des quelques sociétés « testées » !