Entreprenariat

La journée mondiale des entrepreneurs

 

Cette semaine est dédiée aux entrepreneurs. En effet, le 14 novembre est la journée mondiale des entrepreneurs. Cet événement, dont les origines sont anglo-saxonnes, existe depuis 2007 sous l’appellation de « global entrepreneurship week ». Beaucoup de personnes, des salariés ou des chômeurs en reconversion, ont pensé à devenir leur propre patron.

L’entreprenariat a des avantages, comme le fait d’être libre de toute hiérarchie, d’organiser ses horaires comme nous le souhaitons​, de pouvoir développer son business en utilisant ses connaissances et si ça marche… Une certaine fierté et des revenus intéressants !

Face ces avantages, des contraintes comme le fait de ne pas avoir de revenus assurés régulièrement, ni de cotisations au chômage, ​ni ​à la retraite et des difficultés administratives pour certains. L’aventure de l’entreprenariat n’est, en tous cas, pas anodine et demande beaucoup d’investissement !

Vous souhaitez vous lancer ? Voici quelques informations qui vous seront utiles :

L’entreprenariat en quelques chiffres

Il existe 3,4 millions d’entreprises en France, parmi elles :

  • 95% comptent moins de 10 salariés
  • 5% comptent entre 10 et 500 salariés
  • moins de 1% comptent plus de 500 salariés.

En 2015, plus de 500 000 entreprises ont été créées, dont 50% sous le statut de micro entreprise. 37% des français aimeraient créer leur propre entreprise. 40% des entrepreneurs déclarent avoir été accompagnés La suite >

Une proposition de reforme du système des services à domicile

 

 

Pierre GATTAZ, accompagné de plusieurs dirigeants patronaux, a proposé, via une tribune au sein du journal du dimanche, une reforme relative aux services à la personne qui créerait potentiellement 200 000 emplois.

4,5 millions de français font appel chaque année à des professionnels du service à la personne et font « l’avance » sur la totalité du montant du service pour se voir attribuer, en fin d’année, un crédit d’impôts d’une valeur de 50% de ce montant (selon l’article 199 sexdecies du code général des impôts).

La proposition de reforme a pour but de  :

Trouver une solution au problème de trésorerie des ménages lié au décalage dans le temps du remboursement du crédit d’impôt auquel ils ont droit, avancé lors de leur consommation de services à la personne.

Le système proposé permettrait de faire avancer par les banques la moitié des montants dus par les ménages aux professionnels des services à la personne.

L’Etat rembourserait toujours au bout de 12 à 18 mois, non plus aux particuliers comme auparavant, mais aux banques qui ont avancé les sommes en jeu, ce qui éviterait aux ménages de faire l’avance sur le montant total du coût du service rendu chez eux.

Nous retrouvons à l’origine de cette proposition le président du Medef Pierre La suite >