Création d’entreprise

Création d’entreprise, faites le vous même…

Une petite SARL uni personnelle ou  quelques associés au sein d’une sarl classique ? Ne vous laissez pas impressionner par l’administration, faites le vous même, voyez plutôt…

Septembre 2003, trois associés qui n’y connaissaient rien et n’avaient jamais créé d’entreprise se disent « passons par un avocat ».. Nous voici donc un peu intimidés, dans un bureau parisien tout en parquet et moulures, plafonds de 3 mètres et tableaux contemporains aux murs, invités à s’assoir dans de confortables fauteuils en cuir et écouter l’homme de loi, sans rien y comprendre, si ce n’est qu’il va nous facturer à l’heure, et s’occuper de tout..

Effectivement, nous recevons, un mois plus tard, un joli papier à entête avec la liste indispensables des documents à fournir (pièces d’identités etc..) que nous photocopions, et retournons.. un mois se passe, nous voici invités à la lecture et au décodage des statuts, et du barbarisme qui entoure lesdits articles.

Un mois se repasse, rien n’avance… On commence à s’énerver car il était question de démarrer en fin d’année. On précise donc à Mr l’avocat que ce serait bien qu’il se presse un peu.

Retour du beau papier à entête nous demandant le récépissé du dépôt de capital. On envoie… et silence radio La suite >

J’embauche mon premier salarié

La première véritable étape marquante dans la vie d’une société, en tous cas la nôtre, et surtout de la première, c’est l’embauche du salarié numéro un ! Nous concernant, je me demande qui était le plus content de ce premier cdi, mais je pense sincèrement que c’était nous… Vous vous rendez compte, notre petite boite tout à coup, elle n’était plus juste une raison sociale avec un numéro de siret et deux rêveurs en train d’essayer de  trouver des clients, mais devenait une vraie société qui allait faire des fiches de payes, et certaines personnes, dont la première allait mener leur vie économique en liaison avec notre société, qui de facto devenait la leur.

Trop la classe, comme dirait les ados…

Passé ce nombrilisme de contentement, l’effarement administratif :

– Le contrat de travail qu’il a fallut télécharger et adapter, tout en lisant qu’il était institu personae (chacun le sien quoi..) mais répondant à des (milliers…) de règles très strictes qu’il est impératif de respecter, mais… nous précisent les deux avocats consultés, dans tous les cas si ça se termine aux prud’hommes, vous aurez tord (hé bé pourquoi ?, c’est comme ça… et la confirmation viendra, voir la rubrique prud’hommes). Bon, ok, mais La suite >