Pas question de se lancer dans la création dans une bonne étude Marketing, puisque tout le monde vous le dit.. Cadeau de la maison, 5 années d’études Marketing, des dizaines d’ouvrages lus , le tout résumé en quelques lignes ci dessous pour un bon usage opérationnel..

1) Premièrement, il s’agît de faire une analyse et d’en tirer un p’tit quelque chose qui ressemble à un diagnostic

a) Tout d’abord, on va analyser ce qui se passe « en dehors » de l’entreprise, c’est l’analyse externe

– Quelles sont les opportunités du marché ?

* Le marché subit il des influences positives ? (l’état va nous aider ? la législation est devenue favorable ?) pour prendre des exemples dans les services à domicile

* Le marché de l’offre est il favorable ? (mon service pourra t il être produit ? la concurrence serait elle faible ?)

* La demande est elle importante ? (y a t il des consommateurs pour mon service ? est ce que cela va évoluer ?)

– Quelles sont les menaces du marché ?

* Y a t il des influences négatives ? (l’état n’est pas fiable, il change la réglementation à tout va,  etc..)

* Le marché de l’offre est il favorable (trop de concurrents, trop puissants etc..)

* La demandes est elle importante ? (Ou tout le monde s’en fout de mon service/produit ?)

b) Un peu de nombrilisme maintenant : de quoi suis je fais, ou capable, c’est l’analyse interne. Pas les autres, moi moi moi…

– Quelles sont mes forces :

* Suis je plus beau, plus riche, plus fort, plus compétent, éventuellement j’ai un brevet, un savoir faire particulier, du courage, de la volonté etc… Moi, ou plutôt mon entreprise…

– Et inévitablement, quelles sont mes faiblesses :

* En quoi ne suis je pas compétent, quels sont les moyens qui me manquent

Vous avez brillamment répondu à ces premières questions ? Bravo, alors vous regroupez dans un tableau de deux colonnes sur deux les titres en gras, et sous vos yeux ébahis, vous venez de faire votre première matrice SWOT, deux ans d’études marketing de gagnés 🙂

Maintenant que vous avez votre matrice SWOT sous les yeux, vous faites un intense effort de réflexion, et vous vous posez la question suivantes :

c) Quels sont mes FCS : facteurs clés de succés ?

– C’est à dire, compte tenu de ce que vous venez d’analyser, qu’est ce qu’il faut impérativement détenir comme savoir faire pour réussir votre entreprise ? Exemple basique dans les services à domicile : il faut être agréé. Pas d’agrément, pas d’exploitation, donc.. Etre agréé = 1 FCS…

– Et ainsi, vous faites la liste de vos FCS. Et là vous poussez à fond pour y mettre toute la matière grise nécessaire, car c’est LA que ça se passe…

Vous avez votre liste de FCS, fort bien, passons à la suite :

d) Quelles sont vos forces compétitives ?

– C’est quoi ça ? C’est la réponse à la question suivante : pour chacun des FCS, est ce que je possède une caractéristique, une force, une compétence, etc.. qui va faire la différence et me permettre de pénétrer le marché que je préempte ? Exemple, vous voulez ouvrir une pizzaria, et vous avez déjà un local super bien placé ? En vl’a une belle force compétitive…

Et là, encore un effort de concentration pour faire un diagnostic de l’ensemble…  et hop encore une année d’étude Marketing de gagnée !

Armé de votre diagnostic intelligent et construit, on va maintenant faire de la stratégie marketing

2) Allez zou, un peu de stratégie :

a) Quels sont vos objectifs :

– Savez vous que le seul objectif qu’on ne risque pas d’atteindre, c’est celui qu’on ne s’est pas fixé. Alors on se fixe un objectif, allez au hasard : Créer un modèle de société de services à domicile orienté aides ménagères et garde d’enfants dans le but ensuite d’en faire une enseigne nationale et une entreprise pérenne.

Rien que ça ? Et oui, on en veut !

b) On a un objectif, maintenant on va se préoccuper des « cibles »

Cibles = clients. Clients = Sont combien les consommateurs susceptibles de m’acheter quelque chose ? Ils se comportent comment ? Sont ils des jeunes, des vieux, des femmes, des hommes etc…

c) On a fixé les cibles, ça va faire quoi comme volume ct’affaire ?

Mes clients quand ils consomment, ça fait du volume ou c’est du riquiqui ? Y’a de la croissance là dedans qui s’annonce ? Et ça se segmente comment là dedans ?

d) En fonction de tout cela, et de mes capacités, que vais je choisir comme positionnement ?

Le positionnement, c’est quelques éléments de votre offre, et demain de votre marque, qui permettront au consommateur de vous retrouver. En vous associant à des valeurs. Prenons un exemple : je veux acheter une voiture puissante, statutaire, et fiable. Immédiatement, j’ai en tête quelques marques… Magique non ? Un autre exemple : je veux acheter une voiture écologique, facile à garer, économique, juste pour rouler en ville, et hop, on ne pense pas du tout aux mêmes marques. Magique cela est encore n’est ce pas ?

Le positionnement, c’est un critère important dans un univers encombré de produits et de services, on ne peut courir tous les lièvres, on ne peut donc être à la fois Hermes et Tati, ou Bic et Mont-Blanc.

Là encore, faut y mettre sa matière grise…

Vous avez vos cibles, vous savez ce qu’elles consomment, vous avez déterminé votre positionnement ? Whaou, encore une année de marketing de gagnée… On peut passer au « plan d’actions »

3) Le plan d’actions

Ben quoi ? On est pas arrivé jusque là pour ne rien faire non ? Alors on va mettre en place un plan d’actions. Il va de soit qu’il découle de tout ce qu’on a étudié avant, sinon ce n’est pas une étude marketing mais une simple inspiration… :

– Quels services ou produits vais je fabriquer/vendre etc..

– A quels prix ?

– Par quels canaux de distribution ?

– Avec quelle communication ?

Lorsque vous avez répondu a ces quatre questions, vous avez fait un mix-marketing, un plan d’action selon la règle des 4P, et là, vous êtes un pro !

Bien sur, vous trouvez des ouvrages complets et complexes sur le sujets, en marketing des services par exemple on parle aujourd’hui des 7P, et pourquoi pas des 11 ou des 25 demain, là n’est pas l’important de notre point de vue. L’important, c’est d’avoir une méthode de base pour savoir par quel bout manger l’étude préalable, et par dessus tout, ce qui est important c’est les réponses que vous allez trouver, qui traduiront votre capacité d’analyse et conditionneront une partie de votre réussite future !