L’entrepreneur a souvent comme caractéristique d’être seul au départ de son aventure, ou pas bien nombreux… Sa première denrée est le temps, qui va être grignoté par tout un tas de pollueurs dès que son annonce légale sera publiée. En voici une liste non exhaustive :

-> Les chambres de commerce et métier vous proposent leurs aides, conseils, accompagnements, formations etc… Elles sont peuplées de personnes qui pour la plupart n’ont jamais vu une entreprise ailleurs que dans les livres, fuyez…

-> Les centres de formation de tout poil qui vous expliquent qu’avec un stage en « connaissance de soi », en « relation avec l’autre grâce à la pnl », et en « optimisation de la relation client », vous allez gagner des clients, du C.A, etc…

-> Les consultants en patrimoine, investissement locatifs, etc.. qui ont confondu le kbis avec le pouvoir d’achat

-> Les commerciaux (pour qui nous avons un profond respect pour le métier difficile qu’ils font) qui ont repéré votre première publicité et du coup proposent leur support, à raison de 15 appels jours, si on les traitait, il nous faudrait toute la journée à ne faire que cela…

-> Les annuaires (pages j etc..) qui vous courent après dès la création pour vous proposer des options hors de prix…

-> Les vendeurs de classeurs, papiers, ordinateurs, etc.. etc…

Toutes ces personnes font leur métier bien sur, mais ce faisant, nous empêchent de faire le nôtre 🙁 par la pollution de temps que cela représente, ou par inefficacité de leur action. Et ça n’est pas toujours drôle de leur dire toute la journée : désolé, je ne traite pas ces demandes par téléphone, merci de nous envoyer un mail auquel nous répondrons si l’offre retient notre attention… mais si on ne le faisait pas, on ne serait plus là pour le raconter 😉