Faut il passer par une société de services à domicile pour bénéficier d’un service d’aide ménagère ou de garde d’enfants ?

Pourquoi en effet, puisque la majorité des prestations est délivrée dans le cadre du « particulier – employeur », c’est même 90% des heures réalisées qui le sont dans ce cadre. La raison semble évident : être l’employeur direct, c’est économiser les services d’une entreprise qui forcément prélèvera sa dîme au passage. C’est donc de manière certaine une façon de faire des économies.

En réalité ce n’est pas si simple, et nombre de « particulier-employeur » font appel à une société de services à domicile après s’être fait leur propre expérience. Nous n’en sommes pas étonnés, car lorsque l’on regarde l’ensemble des services que nous rendons, on imagine mal le « particulier employeur » faire de même, sauf à y consacrer tout son temps, voyons plutôt…

Dans l’ordre chronologique, le premier travail que nous réalisons est un travail de recrutement, comment cela se passe t il :

Inscription et partenariat avec un ensemble de partenaires (maison de l’emploi, centres de formation) etc.. avec comme objectif d’avoir un maximum de candidat(e)s

  • Au moins une journée par semaine consacré aux entretiens de recrutement
  • Vérification systématique des références pour chaque personne pressentie
  • Ceci nous permettant d’avoir en permanence, par agence, une ou deux personnes par semaine selon l’activité de l’agence et les prestations à démarrer.

Déjà là, le pauvre « particulier employeur », compte tenu du nombre de sociétés qui se battent pour intégrer les meilleurs profils, on ne voudrait pas lui casser le moral mais enfin… Nous on a un ratio entre les reçu(e)s et embauché(e)s de 20 pour 1, tout en travaillant en partenariat avec des structures professionnelles, participant à des salons de l’emploi etc…

Une fois l’embauche faite, il va falloir gérer la personne qui a intégré l’entreprise :

  • Un bon paquet d’administratif : déclaration s’embauche, contrat de travail, fiches de paye etc….
  • Un suivi permanent qualitatif et quantitatif du travail pour accompagner et s’assurer que tout suit comme souhaité pas les clients et l’entreprise

Là, le particulier est favorisé car il paye en cesu t n’a pas droit à la paperasse. Par contre, la proximité naturelle qu’il noue avec son aide ménagère allié au fait que le management est un métier complexe … l’empêche souvent de faire part à son employ(e)é des petits soucis de qualité qu’il rencontre parfois. Nous avons d’ailleurs très régulièrement des clients qui vont se montrer avec nous très virulents afin de réguler certaines choses dans leur prestation (normal, ils payent pour cela), mais qui ne manqueront pas d’ajouter « vous ne lui dites pas que c’est moi qui vous l’ait dit n’est ce pas ? Vous englobez cela dans un suivi qualité ok ? »

Ensuite, il va falloir gérer les imprévus (maladie, démission) et les prévus (vacances)

  • Au sein de la société, c’est assez simple. Selon la taille des zones ou du portefeuille clients, nous avons des « permanent(e)s de zones » capables de remplacer au pied levé une personne malade
  • Et lorsque notre permanent(e) est occupée, on trouve souvent dans l’équipe une personne pour remplacer

Le « particulier employeur » lui, lorsque sa nounou ne vient pas car malade, soit la « permanente » s’appelle Mamie… Soit elle s’appelle RTT !

La grande inconnue des « particulier employeur » reste cependant le droit du travail

  • Changer radicalement un planning la veille pour le lendemain ? Interdit, c’est 15 jours de prévenance
  • J’avais oublié de vous le dire mais la semaine prochaine je n’ai pas besoin de vous mamie est là ? interdit, pour la même raison
  • C’est un peu dur financièrement en ce moment, nous allons donc diminuer vos heures à partir du moins prochain ? Interdit

Et toutes ces choses interdites qu’on pratique sans le savoir, on découvre douloureusement le jour son employé(e) vous demande des comptes aux prud’hommes que dans « particulier employeur », il y a « employeur »… avec toutes les règles à respecter.

Assez souvent d’ailleurs, nous avons de cocasses histoires de clients abasourdis par ce qu’ils ont du payer pour cause de non respect (innocent certes, mais c’est pareil) du droit. Ceux là on les reconnait lorsqu’ils nous appellent car l’une de leur première interrogation est souvent « c’est bien vous l’employeur » ?

Et oui ! Employeur, c’est un métier !!

Sans compter qu’en cas de démission, déménagement etc… en tant que société nous allons pouvoir assurer le suivi de la prestation. En « particulier employeur », on reprend tout depuis le début…

Et pour gagner quoi ?

Une société de service à domicile va certes prendre une marge, mais elle va également bénéficier d’un taux de charges patronales moins important grâce à la réduction Fillon, à laquelle le « particulier employeur » ne peut prétendre.

Ce qui fait qu’au final, les deux prix seront très proches, pour une qualité de prestation qui elle en revanche sera très éloignée !

Une petite simulation du prix net des services à domicile ici pour vous convaincre !