J’embauche mon premier salarié


La première véritable étape marquante dans la vie d’une société, en tous cas la nôtre, et surtout de la première, c’est l’embauche du salarié numéro un ! Nous concernant, je me demande qui était le plus content de ce premier cdi, mais je pense sincèrement que c’était nous… Vous vous rendez compte, notre petite boite tout à coup, elle n’était plus juste une raison sociale avec un numéro de siret et deux rêveurs en train d’essayer de  trouver des clients, mais devenait une vraie société qui allait faire des fiches de payes, et certaines personnes, dont la première allait mener leur vie économique en liaison avec notre société, qui de facto devenait la leur.

Trop la classe, comme dirait les ados…

Passé ce nombrilisme de contentement, l’effarement administratif :

– Le contrat de travail qu’il a fallut télécharger et adapter, tout en lisant qu’il était institu personae (chacun le sien quoi..) mais répondant à des (milliers…) de règles très strictes qu’il est impératif de respecter, mais… nous précisent les deux avocats consultés, dans tous les cas si ça se termine aux prud’hommes, vous aurez tord (hé bé pourquoi ?, c’est comme ça… et la confirmation viendra, voir la rubrique prud’hommes). Bon, ok, mais nous on y croit, on embauche quand même, on verra plus tard (ça c’est sur qu’on a vu…)

– La due, obligatoire, qui va déclencher les différentes administrations, dont la très ubuesque médecine du travail dont on aura l’occasion de causer pour rire un peu, ça nous fait du bien

– le livre entrée sortie du personnel, comme tous les docs administratifs, on dispose pour noter l’adresse d’une case que 0,8 cm de hauteur sur 3,2 cm de longueur, et voilà que notre beau document tout neuf se transforme en affreux pâté, à qui la faute ? Qui est responsable des cases au niveau de ces administrations toutes agréées ISO xxx (pour être choisies parmi leur concurrents ??) et nous pond systématiquement des docs officiels qu’on ne peut remplir ?

– La saisie dans le système informatique de paye et plus tard les fiches de payes que seul un spécialiste peut faire tant c’est heuu… ABSCONS… voilà c’est dit

Faut bien apprendre, tout cela deviendra presque des réflexes à l’heure où nous employons maintenant plusieurs centaines de personnes sur l’ensemble des sociétés… Ce qui ne nous empêche pas de penser que toutes les misères administratives faites pour protéger le salarié (de son vilain employeur sans doute), le protège surtout dans certains cas d’un emploi potentiel…

Théo Lamertin
A propos

A la fois gestionnaire d’une entreprise de services à la personne et pigiste indépendant sur divers magazines de presse économique, Théo anime la partie « entreprise » du blog en partageant ses expériences professionnelles et en analysant l’actualité du marché des services.

Laissez nous un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *