Tarif femme de Ménage


Le tarif d’une Femme de Ménage

Quel est le tarif d’une femme de Ménage ?

Et surtout, que paye t on dedans ? Première façon de voir les choses, celle couramment admise et à laquelle nous sommes quotidiennement confrontée :

  • Trop cher pour le client..
  • Pas assez payé pour le salarié…

Logique car.., l’écart entre le prix que l’on paye pour une heure de ménage en regard du salaire net de la personne qui réalise le travail laisse souvent dubitatif. Et pour nous, qui gérons une société de services à domicile salariant ses intervenants et facturant ses clients, s’installe un fort soupçon de la part des uns et des autres : la différence, c’est donc la marge (énorme) de la société ?

Je paye 19 € de l’heure et votre salarié touche 7 € et des poussières, au voleur ! Qu’est ce que vous faites de la différence ?

C’est à cette question que va répondre cet article ! On aborde ici la question du prix sous l’angle des tarifs proposés par les sociétés de ménage à domicile et de ce qui le compose.

Le prix d’une heure de ménage payée par le client

Première étape, combien paye un client pour une heure de ménage ?

Ne croyez pas un instant qu’il est simple de répondre à cette question, c’est au contraire assez complexe pour plusieurs raisons

Les sociétés de services à la personne ne publient pas leur tarifs en ligne, pour l’essentiel d’entre elles.

Lorqu’elles les publient, on découvre un florilège de conditions tarifaires et d’options, s’imbriquant dans des modes de calculs complexes, de telle sorte qu’il est difficile de s’y retrouver. Ne parlons même pas de pouvoir les comparer, il faudrait signer un contrat avec chacune d’entre elles pour réussir à obtenir un tarif moyen de l’heure de ménage qui corresponde à la réalité. Même pour nous, qui réalisons deux fois par an une étude concurrence et sommes à l’écoute de notre marché tous les jours, on a du mal ! On est sympa, on publie un petit guide à destination des plus vaillants pour faire son auto-comparatif des prix dans les services à domicile

En attendant pour cet article, on a décidé de faire simple, en partant d’un de nos prix (fétiche..) et couramment pratiqué : Le 19 € ttc de l’heure !

Ca c’est ce qu’on paye en tant que client… Sachant que.. La plupart des clients bénéficieront d’un crédit d’impôt qui divisera la note finale par deux, soit un coût horaire de 9,50 €. Pour en savoir plus sur le dispositif, ça se passe ici : Crédit d’impôt services à la personne, mais l’objet de l’article, c’est de voir un peu ce qu’on trouve à l’intérieur du prix brut…

Quelle est la décomposition du prix dans une heure de ménage ?

Rappelons déjà les deux extrêmes visibles de la tarification horaire :

  • La moyenne du prix par heure facturée au client : 19 € ttc
  • Ce que touche le salarié en net : 7,39 €

On constate immédiatement le grand écart, source de toutes les frustrations. Nous allons donc nous intéresser à cet écart, en image s’il vous plait :

salaire

Cliquez pour agrandir l’image

Que voit on sur cette répartition ?

On part de 19 €, c’est le prix que le client paye à l’entreprise, et duquel vont se déduire :

– 1,24 € de tva sur lesquels on a de la chance, c’est une tva à 7%, l’un des dispositifs favorables pour le développement des services à domicile

– 8,61 € de salaire net, comprenant le smic net 7,47 €, une prime de 50 cts par heure ce qui donne 40 cts en net, et 0,74 € de provision de congés payés

– 4,10 € au total de charges sociales, qu’on appelle communément “salariales” et “patronales”, ce qui dans les faits n’a pas vraiment d’importance, elles financent en globalité retraite, sécu, et maison de l’emploi. Elles représentent 63% d’un salaire moyen, mais bénéficient d’un abattement “Fillon” sur les bas salaires.

– 5,18 € de marge brute pour l’entreprise, pourquoi brute ? Parce qu’il y a du chemin avant d’en faire une marge nette (frais de déplacement, de médecine du travail, d’assurance, de locaux, de publicité, de téléphone, d’électricité, de salaires des permanents, de charges diverses et la liste n’est pas exhaustive).

si l’on fait une répartition par grande famille, on peut noter que sur le prix payé par le client :

  • 44% revient au salarié
  • 29% revient à l’Etat et aux caisses sociales
  • 27% revient à l’entreprise

44% au salarié, alors que c’est tout de même lui qui fait le boulot ? Et encore, 44% c’est avec les congés payés car souvent, ce que l’on voit c’est ce que l’on touche tout de suite sur sa fiche de paye, et là c’est 41%. Et  44% c’est au sein de notre entreprise, avec le choix d’un salaire que la prime horaire porte à 5% au dessus du smic

Pourrait on modifier dans cette répartition et mieux rémunérer l’heure de ménage ?

C’est la question… Parce qu’être mieux payé, ça intéresse tout le monde. Mais vous allez voir que ce n’est pas si simple. Quels sont nos leviers d’actions et leurs conséquences ?

Les charges incompressibles : La tva et les cotisations sociales. Chacun comprend aisément que l’entreprise ne choisi pas ses niveaux de cotisations. Par ailleurs, ils sont progressifs : plus l’entreprise a de salariés, plus elles les payent, et plus les cotisations augmentent en pourcentage, à plus forte raison en valeur. Là dessus, nous n’avons aucune action possible bien entendu

Le salaire :

Première possibilité, elle nous est parfois demandée par un client satisfait, et nous aurions grand plaisir à l’appliquer : augmenter le salaire d’une personne que nous avons particulièrement envie de gratifier. Et souvent, le client veut financer cette augmentation. Ah les bonnes intentions, l’enfer en serait pavé dit on, en effet… Car, il est strictement interdit de procéder de la sorte dixit le code du travail. La loi, c’est “à travail égal, salaire égal”. Peu importe qu’une personne donne satisfaction et l’autre non, les règles de rémunération sont les mêmes pour tous. Et le non respect du code du travail est un terrain aventureux ou nous n’allons pas, exit donc, cette possibilité.

Seconde possibilité, augmenter tous les salaires. C’est tellement simple, pourquoi n’y pense t on pas plus tôt ? Il y a juste un souci, un tout petit… mal connu car nous sommes dans un pays ou… comment dire pudiquement… La culture économique n’est pas partagée par tous… L’économie, c’est une imbrication, tout est lié… Si les charges augmentent, les prix suivent… A cela s’ajoute quelques vices dans le système dont vous avez forcément entendu parler. Prenons un exemple concret.

Si nous décidons d’augmenter d’un euro net le salaire de l’ensemble des salariés que se passe t il ?

En théorie, ça va coûter 1 € + les cotisations sociales ? soit 1,48 € dans le cas présent, compte tenu de l’abattement Fillon

En pratique, cette augmentation d’1 € va modifier le mécanisme de réduction Fillon, qui est un pourcentage de remise qui décroit (fortement) selon le niveau du salaire brut. Ainsi, si la ristourne est de 28% pour un salaire dont la moyenne horaire est de 9,43 €, elle passe à 20% pour un salaire de 10,43 €. Soit 8% d’écart, non pas sur l’euro supplémentaire, mais sur l’ensemble. Ce qui crée un écart de 1,88 €, soit 2 € après application de la provision pour congés payés. L’entreprise voulant donc augmenter d’un euro net ses salaires, devra donc augmenter de 2 euros ht ses prix de ventes. Dans notre cas, cela revient à passer de 19 € (ttc) à 21,15 € (ttc). Or, l’entreprise n’est pas seule sur son marché, et le prix est l’élément sur lequel les clients portent le plus d’attention (y compris ceux qui nous disent “vous devriez augmenter votre personnel”, mais qui hurlent à la mort lorsque le prix augmente de 0,15 cts, évolution du smic oblige..). Que devient l’entreprise si elle n’est plus compétitive dans un univers concurrentiel ? Elle disparait… Donc, exit cette possibilité

Troisième possibilité, diminuer la marge de l’entreprise

Là dessus, nous avons la main sans aucun souci, et nous ne nous privons pas d’agir. C’est d’ailleurs parce que nous le faisons,ce qui nous permet, sans toucher au prix de vente, d’avoir un mécanisme de prime (0,50 cts par heure, puis au bout de X temps d’ancienneté 1 € de l’heure) permettant de mieux rémunérer les salariés. Pour ce faire, il y a une organisation à mettre en place, mais sans détériorer le service apporté aux clients. Sans quoi, plus de client, donc plus de salariés… Le service que le client est en droit d’attendre lorsqu’il fait appel à des professionnels doit être fourni : disponibilité, permanence téléphonique, gestion des remplacements etc… Puis il y a des efforts à partager (zéro papier, donc factures et fiches de payes électroniques, planning informatique transmis par email, etc…). Il arrive un moment ou les économies d’échelles, d’administration, d’informatisation ont atteint leur limite, et nous pouvons alors estimer pratiquer le “juste prix”

En conclusion, vous savez maintenant ce qu’il y a dans une heure de ménage

  • Une petite moitié pour le salarié
  • Le reste se partageant à part quasi égale entre les cotisations sociales et fiscales, et la marge brute de l’entreprise

Rien de transcendant, mais on est loin de “Quoi, je paye 19 € de l’heure et votre salarié touche 7 € et des poussières, au voleur !”

Sachant que dans notre métier, la tva minorée et l’abattement Fillon permettent de minimiser l’écart, qui pourtant parait déjà bien important de prime abord, c’est à dire avant lecture éclairée de notre article 😉

Et finir, pour payer votre heure de ménage au bon prix, dans un contexte respectueux des clients et des salariés, ça se passe ici : tarif ménage à domicile !

 

Théo Lamertin
A propos

A la fois gestionnaire d’une entreprise de services à la personne et pigiste indépendant sur divers magazines de presse économique, Théo anime la partie « entreprise » du blog en partageant ses expériences professionnelles et en analysant l’actualité du marché des services.

Les artciles en lien

Le site des femmes de ménage
May 06, 2013
Femme de ménage
August 20, 2012

Laissez nous un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués *