Entreprenariat

Le bilan, pourquoi faire ?

Objet de toutes les inquiétudes du créateur débutant : Le bilan …

Le bilan prévisionnel sur 3 ou 5 ans qui fait parti des incontournables du dossier de création, le bilan qu’il est obligatoire chaque année de publier au greffe, le bilan que 90% des impétrants en création d’entreprise ne savent pas lire, le fameux bilan…

LE BILAN : CA NE SERT A RIEN

Hargghh, ça fait du bien de le dire… Soyons tout de même précis, ça sert à donner une vague idée de la santé de la concurrence, c’est à dire qu’éventuellement, le bilan des autres peut servir, mais pas le sien…

Car pour soi, répétons le : CA NE SERT A RIEN

Voilà, vous ne saviez pas lire un bilan, ça vous posait problème, rassurez vous c’est pas grave 🙂 vous pouvez passer à autre chose !

Qu’est ce que l’on trouve dans un bilan : des chiffres, et du classement. Tout l’art étant de savoir ou je classe (c’est le fameux plan comptable qui va me dire si mon ordinateur tout neuf se met dans un compte de classe X, et si je mets ou pas la totalité de sa valeur, ou je l’étale sur plusieurs années). Puis on va regrouper les La suite >

Article 90 de la loi des finances

La programmation de la loi des finances 2011 comprend un article numéro 90 dont l’objectif est de raboter les exonérations de cotisations sociales liées services à domicile.

C’est quand même assez incongru d’avoir un gouvernement (grosso modo, le même qu’aujourd’hui) qui décide qu’il est « stratégique » de baisser les charges pour créer de l’emploi, au point d’en faire un ensemble de lois et forte publicité qui va autour…

Puis.. d’encourager la création d’entreprises après avoir claironné « maintenant qu’on a baissé les charges, le coût est acceptable par les clients, et donc le service est solvable pour les entreprises ». En effet, il s’en créait 22.000 en cinq ans, et quelques centaines de milliers d’emplois qui vont avec..

Et on en rajoute une louche en début d’année 2010 en distribuant des CESU à + de 2 millions de bénéficiaires afin de continuer à soutenir ce marché naissant..

Et soudain, on réduit l’avantage en faisant fi de toute la stratégie, en mettant en danger les entreprises, et en inquiétude les clients… Ce qui est véritablement inquiétant, ce n’est pas les quelques % relativement faible au fond d’évolution des charges, c’est de réaliser qu’on puisse être pilotés par d’aussi piètres stratèges qui changent de cap au gré du vent…

La suite >

Le client est le meilleur ami de l’entreprise

Une réalité évidente, sans client, l’entreprise n’a pas lieu d’être. En conséquence, on place celui ci au cœur de notre processus, tout tourne autour de la satisfaction du client, qu’il nous faut conquérir, et garder. Toutefois, il arrive que le client nous fasse quelques demandes curieuses, que nous allons choisir de ne pas traiter. Parfois tristes (discrimination..), parfois drôles, on va plutôt se concentrer sur celles ci, toutes véridiques :

– Bonjour, ce serait pour une femme de ménage, mais j’ai une requête.  Je souhaiterais absolument qu’elle soit laide, car mon ex-mari est parti avec la précédente…

(vous imaginez le process de recrutement, avec plusieurs profils, et nous en train de se concerter « bon celle là t’en penses quoi toi, tu crois qu’elle est suffisamment laide ?…)

– Bonjour, j’aurais besoin de quelqu’un pour garder mes enfants le soir car ils rentrent 10 minutes avant moi, donc 10 minutes quatre soirs par semaine c’est combien ?

(on a envie de répondre « et combien de secondes madame 🙂 ?)

– Bonjour, je voudrais une Nounou qui parle anglais et russe, avez vous cela en stock ?

(Attendez Madame je vais à l’entrepôt de suite, ah, nous avons un stock d’anglo-russes bien sur, je vous en déballe combien 🙂 ?)

La suite >