Lorsque l’on démarre son activité, c’est souvent de chez soi.

En tous cas, pour notre entreprise de services à la personne, c’est ainsi que cela se passe pour chacun d’entre nous lors d’une phase durant entre 6 et 18 mois. Pas forcément évident selon les personnalités, surtout pour ceux qui travaillaient dans de grandes entreprises avec des collègues partout, une cafétéria, un grand parking avec sa place réservée, et des salles de réunions qui n’attendent que notre épanouissement personnel et professionnel !

Toutefois avouons le, au départ, il y a une petite euphorie « Ce matin j’ai mis le réveil à 8h, à 8h10 j’étais au boulot.. » « oui.. je bosse sur la terrasse, en tongs et paréo, l’ordi sur les genoux et toi ? » « Oh zut, je viens de lancer une impression, va falloir aller jusqu’au salon la poisse… ». Suivi d’une période de raison « je t’explique : pas de transport, pas d’horaire, pas de perte de temps ni de frais inutiles, qui dit mieux ? »… »attends c’est pas tout, gestion de la vie perso compatible avec la vie pro, et travail en chaussons toute la journée, alors ?.. »

Mais au bout de quelques temps… ça se transforme en « Je n’ai pas de vie sociale, je n’ai vu personne de la journée (passée en tête à tête avec monsieur ordi) je ne suis plus rien, je VEUX mettre des chaussures pour travailler, bouhhh… », et là.. malheur au conjoint malheureux qui aurait l’idée de lâcher un « Ça a été ta journée ma chérie ? ».. ou  « Mon chéri, puisque tu es à la maison, tu pourrais en profiter pour ranger un peu avant l’arrivée des enfants… » qui va s’exposer à une exposition explosive en règle du blues de l’entrepreneur sans bureau, isolé, qu’on se permet en plus d’imaginer avec du temps libre.. Suivra sans doute une longue litanie « toi t’as des collègues, une vie sociale, t’as eu LA CHANCE d’être dans les embouteillages tous les matins COMME TOUT LE MONDE, la CHANCE de te faire engueuler par ton patron, et moi ? RIEN !!

Signe qu’il est temps d’envisager d’autres solutions comme les pépinières d’entreprises, le bureau partagé, ou tout simplement bureau classique où prendront place les premiers collaborateurs qui donneront à l’entreprise enfin tous les soucis sans lesquels elle ne serait pas vraiment une entreprise, et qui permettront de retrouver enfin une vie normale :

« Ca a été ta journée ma chérie ? »

« Internet est tombé en panne au bureau plus personne n’avait de connexion une vraie galère, et puis machin m’a annoncée qu’elle était enceinte faut absolument trouver une solution de remplacement, et puis tu sais pas que l’informaticien et la petite stagiaire et bien… etc.. etc… »

C’est bon, tout va bien, plus de blues 😉